Ton âme a des choses à te dire…

 

Par Sabine

Dans chaque être, il y a une âme.

Une âme qui ne demande qu’à être entendue… Mais comment l’entendre ?…

Elle est comme une nuance en soi, une vulnérabilité en nous d’une lumière saisissante,

teintée d’authenticité, d’entièreté et d’une telle profondeur…

Jusqu’à en laisser remonter de fines oscillations des cellules juste sous la peau.

Un mouvement authentique, un rayonnement intérieur pour traverser les pores et inonder l’extérieur.

C’est la beauté intérieure qui nous habite tous et toutes.

Cette sacrée beauté intérieure, reliée à notre âme, qui nous invite lorsque nous l’écoutons à nous approcher un peu plus de qui nous sommes. Et nous donne cette énergie de réaliser notre nécessité intérieure. Ce pour quoi l’on est fait, toi, moi, nous, parce que nous ne sommes qu’un…

 

1) Se connecter à sa beauté intérieure, c’est se laisser toucher par son âme


Cela demande d’entrer profondément en contact avec cette beauté intérieure…

(tout bas…oui…je sais…chuuuut!…il ne faut pas parler trop fort…ce n’est pas quelque chose que l’on dit au milieu du quotidien): « Ah salut, ça va ? Alors, quoi de neuf avec ton âme, ta beauté intérieure ? T’a reçu un texto ou pas ? »

Non, c’est plutôt: « Bon, ca va te prendre combien de temps ? C’est bien beau de taper la discute avec ton âme, ta beauté intérieure, tout çà là. Mais concrètement, tu vas gagner combien ce mois-ci ? » Et que je te culpabilise à la « va comme je te pousse ».

Sérieux, dingue le truc! Dès que tu es en culpabilité, tu ne peux plus voir ta beauté intérieure. Mais d’ailleurs, est-ce que tu la voyais avant ? Non mais dis donc, si tu ne la vois pas pour toi ? Comment tu veux la voir chez les autres ?

 

2) Traverser ce qui nous dérange en nous pour arrêter de voir ce qui nous dérange chez l’autre

Arrêter les suppositions, en faire une affaire personnelle à chaque remarque, ça vous rappelle pas quelque chose ?…Le piège se présente à nous à un moment donné pour tester notre détermination, notre concentration sur notre capacité à agir pour l’essentiel (et non pour notre ego, la reconnaissance, l’argent,…). L’argent est une résultante de notre agir, de notre accomplissement.

De toute façon, c’est simple, plus tu te connectes à ce qui te fais du bien, à ta beauté intérieure, plus tu vois la beauté autour de toi. Le cerveau adore repérer les synchronicités et les raisonnances. Il a juste besoin d’être drivé Pépère, c’est 100% naturel ! (bien fait quand même ce truc:)

Tu le mérites tellement, d’être connecté(e) à ton âme, tu as le droit!

 

3) S’imprégner de bonnes vibrations

Ouvrir ses quinquets, allumer ses antennes.

Avoir le courage de changer certaines habitudes pour te sentir mieux, plus libre pour être plus vivant(e). Moins crevé(e) au passage, mais oui !!!

Ca passe aussi par les relations que tu as, les bonnes relations qui te stimulent, qui t’élèvent à un haut niveau de fréquence. En tout cas les relations qui aspirent au SAIN-PLE. Prendre soin de soi, cela commence déjà à ce niveau-là.

C’est à toi de sentir et de prendre la bonne distance avec les gens qui t’empêchent (malgré eux) de te connecter à ton âme. Je parle surtout des personnes tellement éteintes à l’intérieur qu’elles pèsent sur toi. Prendre de la distance pour t’épargner d’être pompé(e) au passage à ton tour.

Lorsque tu as été au contact de gens toxiques, arrogants (vu ton état de frustration, d’énervement, douleur quelque part pendant et/ou après:..) en général tu le sais…

 

4) Sortir de l’inconfort

Dans ces rencontres-là, il y a quelque chose de l’ordre de l’inconfort dans le corps lequel indispose pour rester connecter à ta voie, à ce qui t’appelle. C’est un peu comme se prendre le malaise de ces personnes toxiques en pleine poire même si tu n’as rien demandé, ça ne prévient pas… Là-dedans, plus tu restes au 1er degré dans cette lutte pour éviter le « loup » chez toi, plus ça te pompe en énergie. Alors qu’au final:

 « Rien n’est à craindre, tout est à comprendre. » Marie Curie

Accepter, comprendre que ça fait appel à quelque chose d’important en toi, alors autant réceptionner le sujet pour qu’il devienne une force plutôt qu’un inconfort plus ou moins douloureux.

L’être humain ne peut pas faire tout en même temps, même s’il sait connecter beaucoup de données à la seconde. Cela demande un effort d’accepter ce qui est et de laisser partir ce qui s’est passé pour rétablir ta disponibilité envers l’essentiel.

Il m’arrive d’avoir une petite voix qui me dit « Mais n’est-ce pas de l’égoïsme envers l’autre ? » Et ce qui me vient tout de suite derrière, c’est qu’à partir du moment où c’est pour se sentir mieux, on partage dans ce cas ce mieux-être avec les autres. Se sentir mal et en faire profiter autour de soi n’a pas grand intérêt. C’est là où ce serait égoïste et voire même, pas responsable.

 

5) Dans tout ce que tu fais, qu’est-ce qui te procure de la joie et de l’énergie ?

C’est à toi de sentir dans quelles situations tu gagnes en énergie, ce qui te fait te sentir bien, te procurer de la joie, les actions qui te semblent simples à faire, simple d’ y aller, d’oser. Dans les moments plus difficiles, c’est important de repenser à ces moments-là, ça sert de boussole pour voir où regarder. Tu peux écrire des idées, des actions dans ton téléphone où que tu sois.

C’est aussi accepter l’inconnu, accepter sur le chemin qu’il y aura à se remettre en question, à se réajuster. Accepter que cela puisse être difficile à certains moments. Sur la durée, c’est tellement libérateur et source de bien être.

L’âme se manifeste souvent à travers l’art sous toutes ses formes.

En exercice pratique, je te propose d’identifier les formes d’expression (artistiques ou pas) qui t’inspirent au mieux-être, à la sérénité, à la créativité. Une fois que tu as fais ta liste, regarde dans ta semaine comment tu peux t’octroyer des instants avec toi-même avec ce(s) moyen(s) d’expression.

Belle inspiration à toi !

On évolue ensemble !

 

Sabine
 

Click Here to Leave a Comment Below 0 comments

Leave a Reply: