Oser être soi pour trouver du sens à sa vie

Par Sabine
1° Quand forme et fond se cherchent pour trouver la juste alchimie

La naissance de ce blog « osetesreves.fr », une révolution intérieure et surtout une belle surprise motivante. Merci pour vos remarques qui me permettent de l’améliorer et d’évoluer moi-même au passage pour vous apporter du mieux. Des articles hebdomadaires depuis quelques mois, puis soudainement une interruption qui dure…

Comme on dit en développement personnel, la vie qui vient tester ma détermination à poursuivre ce que je me suis fixée, et qui en fait n’est autre qu’une opportunité, celle de m’ajuster…

Un recentrage en pleine figure qui s’est imposé de lui-même, au point d’en avoir même du mal à respirer. Ces dernières semaines m’ont rappelé combien l’être humain n’est pas éternel, la quête ultime de s’accomplir, c’est maintenant…

Un chamboulement qui m’était nécessaire pour me rapprocher de vous, de toi, m’autoriser et mieux comprendre ce que je peux t’apporter d’utile, de précieux à travers ce que j’ai vécu et vis encore de précieux.

2° Et donner naissance à son authenticité

Depuis toujours, l’un des outils les plus puissants que je connaisse en développement personnel et je le vois en coaching, pour traverser les perturbations, se centrer, investir ses talents, réveiller toutes ses ressources (à soi!) au service de son accomplissement, c’est le mouvement.

Le mouvement libre lequel aide à changer de posture quand c’est nécessaire, à mieux respirer en situation de stress, à agir selon ses possibilités au lieu de subir dans certaines situations. Se connecter à son authenticité.

Chacun(e) a les ressources nécessaires à sa propre évolution. Quelquefois, on a beau le savoir mais ça ne marche pas car il manque ce stade de l’appropriation au coeur des pores, du corps pour le vivre au-delà des mots/maux…

3° Pour s’affranchir de ses freins extérieurs comme intérieurs

Les formations que j’ai la chance de suivre en ce moment m’amènent à mettre plus de relief dans ma vie, prendre plus de hauteur. Cette hauteur me permet de voir ce qui est nécessaire de l’inutile.

J’ai revisité cette idée qu’au-delà de l’affranchissement du jugement des autres (comme le dit si bien Steve Jobs « Ne laissez pas le bruit des opinions des autres étouffer votre voix intérieure »), il y a aussi s’affranchir de mes propres freins, tel que mon ego qui peut se manifester alternativement aussi bien sous la forme de juge que de victime selon la situation. Vous savez lorsque l’on se plaint, que l’on se justifie, « ah mais c’est la faute d’untel,… » ca vous rappelle quelqu’un ?…

Ah, cet ego…qui biaise toute notre personne à certaines reprises. Lorsque je ne réussis pas, lorsque je ne n’ai pas confiance en moi, lorsque je ne réponds pas à mes besoins, que les frustrations montrent le bout de leur nez, cet ego se délecte comme une nourriture délicieuse.

C’est dans le mouvement que j’ai senti cette différence, l’ego qui agit en moi ou bien le moi authentique qui agit…eh bien, ce n’est pas le même mouvement, curieux non ?:) En fait pas du tout, le mouvement de notre corps est d’une logique implacable, il ne ment pas, il est le reflet de qui nous sommes, de ce que nous nous autorisons à être ou pas tout simplement. D’où la notion « d’être dans sa danse ou de ne pas l’être » car la fausseté est hors sujet dans cette démarche.

4° Isoler et accepter sa blessure qui fait de moi ce que je suis aujourd’hui

Ces mécanismes sont naturellement reliés à sa propre blessure, j’aime particulièrement la synthèse de Lise Bourbeau avec les 5 blessures qui nous empêchent d’être nous-mêmes: le rejet, l’abandon, l’humiliation, la trahison, l’injustice. Charmante perspective…et vous, laquelle c’est votre best of ?

D’autres appellent cela les « blessures sacrées » car clairement ces blessures nous permettent néanmoins de devenir qui nous sommes aujourd’hui, d’où le caractère sacré.

Identifier, ressentir dans le mouvement comment je mets ces mécanismes en place me permet de laisser dérouler le tapis rouge à moi-même…Voilà, c’est en ce moment le festival de Cannes chez moi aussi 🙂

Il m’a semblé tout d’un coup être beaucoup plus relié au coeur, plus ancrée au sol pour laisser voler ma tête dans les étoiles.

Comme si je me déchargeais d’une couche de faux qui prenait beaucoup de place.

Et c’est là que le meilleur opère…un peu plus de confiance en soi, en la vie.

5° Revisiter son « pour quoi » et le défi qui m’anime

Mon défi aujourd’hui, c’est d’oser partager les puissants outils qui m’ont aidé à trouver un sens à ma vie de femme, au-delà d’être mère et compagne en osant mes rêves, en acceptant ma nécessité intérieure. Et de continuer cette aventure pleines d’explorations, d’approfondissements, de rencontres inspirantes.

Cela me fait souvent penser à Christophe Colomb, il savait qu’il devait partir naviguer, qu’il avait à le faire quelque soit le résultat, c’était sa nécessité intérieure, de partir à l’aventure, de chercher sans garantie de réussir. Et c’est là que tout le potentiel se déploie pour s’accomplir au bon endroit, à la juste place. Chacun,e d’entre nous le mérite tellement!

Alors, êtes-vous prêt(e) à faire le voyage pour d’abord  (re)découvrir votre nécessité intérieure ? Et si vous la connaissez déjà commencer à y répondre un peu plus aujourd’hui ?

Pour les néophytes, ce n’est pas la quantité qui compte mais l’intention du moment pour le faire, que ce soit dans le métro ou bien ailleurs, c’est possible ! C’est fou comme on a le sentiment d’avancer, d’être acteur/actrice de notre vie, c’est la dynamique qui compte.

6° Quelques idées pour s’y mettre

Branchez-vous sur la musique qui vous inspire, qui vous appelle à méditer activement, qui vous invite à revoir votre regard sur le monde.

Une playlist dédiée est même la bienvenue si vous sentez que cela est vital !

– Très concrètement, observer votre indice de bonheur intérieur, à combien est-il là maintenant ?

– Où se trouve votre nécessité intérieure, votre « pour quoi » ? dans quel domaine, décrire au plus précis.

– Qu’est-ce qui ferait que cet indice du bonheur pourrait augmenter ? Cela doit provenir de vous et non des autres, ni de l’environnement extérieur.

– Si des idées vous viennent, écrivez-les a minima dans l’espace Notes de votre téléphone ou encore mieux sur un carnet prévu à cet effet dans votre sac !

– Essayez d’être le plus précis,e possible surtout, c’est ce qui va vous donner des billes pour les étapes de réflexion qui suivront.

Et si vous avez envie d’échanger sur ces idées, n’hésitez pas à m’écrire à contact@osetesreves.fr

Sabine
 

Click Here to Leave a Comment Below 0 comments

Leave a Reply: